Login

Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Alexander Buck

IUFRO Executive Director
IUFRO Headquarters
Hauptstrasse 7
1140 Vienna, Austria

Tel: +43-1-877 0151 ext. 13

Article(s)

Auteur(s): International Union of Forest Research Organizations (IUFRO)
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 46.046.046.046.046.0 (37)

Le rôle de puits de carbone des forêts menacé par le changement climatique

Les perturbations causées par le changement climatique et la disparition des surfaces forestières qui en résultent risquent de faire perdre aux forêts leur rôle de puits de carbone. C'est ce qui ressort de l'étude intitulée "Adaptation des forêts et des populations au changement climatique – un bilan global" qui a été présentée fin avril 2009 au Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF).

Klimawandel: Wälder könnten verloren gehen
Fig. 1 - Les arbres et les sols absorbent et stockent plus du quart des émissions globales de carbone.
Photo: Reinhard Lässig (WSL)

Cette étude a été coordonnée par l’Union internationale de la recherche forestière (IUFRO), basée à Vienne, sous les auspices du Partenariat de la collaboration sur les forêts (CPF), un groupement volontaire de 14 organisations internationales et secrétariats de conventions ayant chacun un programme de travail important sur les forêts. Rédigé par 35 des plus grands experts forestiers mondiaux, ce document est l’évaluation la plus complète à ce jour des informations scientifiques sur les conséquences du changement climatique et la façon dont les forêts s’y adaptent.

Les forêts menacées par le changement climatique

"Nous avons l’habitude de considérer le rôle des forêts comme une entrave à l’effet de serre. En réalité, dans les prochaines décennies, les perturbations causées par le changement climatique pourraient amener les forêts à libérer de grandes quantités de carbone et par là même inverser leur effet : au lieu de freiner le réchauffement de la planète, elles auraient un rôle d’accélérateur," met en garde Risto Seppälä, professeur à l’Institut finlandais de recherche forestière (Metla), qui a présidé la réunion du groupe d’experts à l’origine de ce rapport.

Jusqu’ à présent, les débats sur les forêts se sont penchés principalement sur le problème des émissions de carbone causées par la déforestation. Aujourd’hui, les décideurs politiques doivent aussi tenir compte de la vulnérabilité des forêts elles-mêmes et savoir que celles-ci vont souffrir – et même gravement - au fur et à mesure que la planète va se réchauffer.

L'élévation des températures met la fonction de régulation en péril

Klimawandel: Wälder könnten verloren gehen
Fig. 2 - Le changement climatique modifie les forêts. En Valais, la mortalité des pins sylvestres augmente alors que le chêne pubescent gagne du terrain.
Photo: Ulrich Wasem (WSL)

Même si la déforestation est responsable d’environ 20 pour cent du gaz à effet de serre, globalement, les forêts absorbent actuellement plus de carbone qu’elles n’en libèrent. Les arbres et les sols des forêts du monde absorbent et stockent un peu plus du quart des émissions anthropogéniques totales. Selon les chercheurs, cette fonction de régulation du gaz carbonique des forêts pourraient disparaître complètement avec un réchauffement global de 2,5 C (4,5 degrés Fahrenheit) par rapport au niveau préindustriel.

Selon le rapport, des températures plus élevées – allant de pair avec des sécheresses prolongées, des invasions plus fréquentes de ravageurs, et autres problèmes environnementaux qui pourraient accompagner le changement climatique – auraient pour conséquences la destruction et la dégradation des forêts. Cela pourrait créer un cercle vicieux dangereux: les perturbations causées par le changement climatique ont pour résultat de libérer dans l’atmosphère de grandes quantités de gaz carbonique, ce qui aggrave l’effet de serre.

La mise en garde des chercheurs, selon lesquels les forêts risquent de se transformer de puits nets de carbone en sources nettes de carbone, se fonde sur une analyse en profondeur de la manière dont les différents écosystèmes forestières du monde seraient affectés sous des scénarios spécifiques de changement climatique développés par le Groupe intergouvernemental sur le changement climatique (IPCC), détenteur du prix Nobel. Les auteurs de ce rapport, parmi eux des membres du groupe IPCC, estiment que les impacts sur les différents écosystèmes varieront avec le temps.

Les auteurs estiment que les effets sur les différents écosystèmes varient dans le temps. Même dans des scénarios relativement conservateurs – c'est-à-dire avec une réduction modeste des émissions et une stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre au niveau actuel - le rôle de puits de carbone des forêts pourrait être perdu. Or le niveau des émissions continue à augmenter sensiblement.

Le changement climatique: une menace mais aussi des effets bénéfiques

Klimawandel: Wälder könnten verloren gehen
Fig. 3 - Pour certaines régions, le changement climatique pourrait se traduire par une augmentation substantielle de la production de bois.
Photo: Reinhard Lässig (WSL)

Selon le rapport, la progression du changement climatique pourrait avoir les conséquences suivantes au cours des prochaines décennies:

  • les sécheresses seront plus intenses et plus fréquentes dans les forêts subtropicales et tempérées de l’hémisphère Sud, et tout particulièrement dans la partie ouest des Etats-Unis, en Chine du Nord, en Europe méridionale et dans le pourtour méditerranéen, en Afrique subtropicale, en Amérique centrale et en Australie. Selon le rapport, "ces sécheresses augmenteront la prévalence des incendies et prédisposent de larges zones forestières à l'attaque de ravageurs."
  • En zones arides et semi-arides, telles que l'intérieur de l’Ouest américain, les experts forestiers sont très préoccupés : le changement climatique pourrait "être si dramatique que la productivité du bois diminuerait au point que les forêts ne seraient plus viables."
  • La manque de pluie et des sécheresses plus sévères seraient particulièrement graves pour les populations en Afrique qui dépendent des forêts.
  • Dans certaines régions par contre, le changement climatique pourrait se traduire par une augmentation la production de bois. La combinaison de températures plus chaudes et l’effet fertilisateur de la présence accrue de carbone dans l’atmosphère pourrait favoriser l’expansion vers le nord des forêts boréales, à savoir les forêts de conifères situées à des latitudes élevées de l’hémisphère Nord, et comprenant des forêts au Canada, en Finlande, en Russie et en Suède.

Les chercheurs mettent en garde : les efforts déployés pour s’adapter au changement climatique n’accordent aux forêts qu’un répit temporaire. Selon le professeur Andreas Fischlin de l’Institut fédéral suisse de technologie, un des auteurs principaux de ce rapport et auteur coordonnateur principal avec l’IPCC, "même en mettant pleinement en oeuvre les mesures d’adaptation, un changement climatique non atténué dépassera la capacité d’adaptation de bon nombre de forêts au cours du siècle en cours. La seule façon d'éviter que les forêts ne subissent des dégâts sans précédent est de réduire de manière substantielle les émissions de gaz à effet de serre."

Agir au niveau politique

Selon les experts forestiers, il est indispensable d'intensifier les recherches pour mieux comprendre l'influence du changement climatique sur les forêts et étudier l’efficacité des mesures d’adaptation. Mais les décideurs politiques doivent faire face au défi d'agir même sans disposer de données complètes : le changement climatique progresse trop vite pour qu'on puisse se permettre de reporter les décisions à plus tard.

Télécharger

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net