Article(s)

Auteur(s): Office fédéral de l'environnement OFEV
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 61.6761.6761.6761.6761.67 (26)

Données du Monitoring de la biodiversité en Suisse

Les résultats du Monitoring de la biodiversité en Suisse (MBD) montrent que la biodiversité est riche en montagne, en forêt et, étonnamment, dans certaines zones d'habitation. En revanche, une uniformisation de la végétation a été observée dans les prairies et les pâturages. En outre beaucoup d'espèces sont menacés.

hohe Biodiversität in den Alpen
Fig. 1 - Les hotspots de la diversité biologique en Suisse se trouvent dans les Alpes, à une altitude moyenne.

Selon les estimations, la Suisse abrite plus de 40'000 espèces végétales et animales. Ce grand nombre d'espèces s'explique par la diversité des milieux recensés dans notre pays: rivières, lacs, collines, montagnes, etc. La Suisse s'est engagée au niveau international en vue de conserver cette diversité biologique. Depuis 2001, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) évalue l'état de la diversité biologique en Suisse et suit son évolution. Les indicateurs du MBD traduisent la manière dont la diversité biologique se développe.

Biodiversité riche en montagne, en forêt et dans les zones d'habitation

L'évaluation des données montre que les hotspots de la diversité biologique en Suisse se trouvent dans les Alpes, à une altitude moyenne. Dans ces régions, le monitoring a recensé deux fois plus d'espèces de papillons diurnes que sur le Plateau. Par ailleurs, les prairies et pâturages de montagne abritent environ un quart d'espèces de plantes vasculaires de plus que les prairies situées à plus basse altitude. Dans les régions supérieures, les Alpes abritent un bon nombre de plantes et d'animaux rares et très spécialisés dont l'aire de distribution est très limitée. La Suisse porte une responsabilité particulière pour leur conservation.

Artenvielfalt im Wald
Fig. 2 - La biodiversité dans les forêts suisses est remarquable, grâce au rajeunissement naturel et à une plus grande proportion de bois mort.
 
Homogenisierte Wiesen
Fig. 3 - Dans les prairies et les pâturages le monitoring a constaté que les biocénoses sont devenues plus homogènes : des espèces relativement communes, comme les dents de lion, continuent de se développer.

Dans les forêts suisses, les conditions économiques et les efforts intensifs fournis dans le domaine de la protection de la nature au cours des dernières années ont un impact positif. Aujourd'hui, on constate un rajeunissement des forêts et une plus grande proportion de bois mort, ce qui est utile à beaucoup d'organismes vivant en forêt. Cela est réjouissant non seulement pour les champignons, les bryophytes, les insectes et les escargots, mais aussi pour la diversité des espèces d'oiseaux de notre pays.

Les surfaces perméables des zones d'habitation présentent une richesse d'espèces végétales et animales inattendue. Certaines espèces de plantes, comme la ballote, d'oiseaux nicheurs, comme le Martinet noir, et de mousses, comme par exemple le bryum d'argent, sont même des spécialistes des zones d'habitation.  

Homogénéité des biocénoses dans les prairies

En moyenne, le nombre des plantes vasculaires a augmenté en Suisse au cours de ces dernières années, aussi bien au niveau des paysages que des habitats. Dans les prairies et les pâturages, en particulier, le monitoring a constaté que des espèces caractéristiques de certaines zones disparaissent alors que des espèces peu exigeantes et relativement communes, comme les dents de lion, continuent de se développer. Suite à l'engraissement des sols, les biocénoses sont devenues plus homogènes et simplifiées, ce qui implique une perte considérable en termes de diversité biologique.

Biotopes et espèces toujours menacés

Beaucoup d'espèces sont menacées, voire en danger d'extinction. Selon les critères des listes rouges, parmi les 19 espèces de reptiles existantes en Suisse, 15 espèces sont considérées "vulnérables", "en danger" ou "en danger critique d'extinction". En ce qui concerne les poissons et les cyclostomes, 58 % des espèces sont menacées. La situation est également critique pour les oiseaux nicheurs: près de 40 % des espèces indigènes figurent sur la liste rouge.

Effets du réchauffement climatique visibles

Kreuzkröten
Fig. 4 - Beaucoup d'espèces sont menacées, voire en danger d'extinction. La situation est particulièrement critique pour les reptiles, les amphibiens et les poissons. L'image montre un couple de Crapaud calamite.
 
Photos: Thomas Reich (WSL)

Au cours des dernières années, les plantes de montagne se sont déplacées de 13 m en moyenne vers des zones plus élevées. Elles pourraient entrer en concurrence avec les espèces sensibles qui poussent aujourd'hui à ces altitudes. Le nombre de plantes sur les surfaces alpines a aussi augmenté. Les papillons diurnes, les libellules et les oiseaux de la Méditerranée sont de plus en plus nombreux. Les plantes qui aiment la chaleur se propagent en Suisse, souvent par le biais des jardins et des parcs publics. La surveillance de ce développement constituera l'une des tâches les plus importantes du MBD dans les années à venir.

Le Monitoring de la biodiversité en Suisse

Depuis 2001, l'OFEV évalue l'état et suit l'évolution de la diversité biologique en Suisse grâce au Monitoring de la biodiversité en Suisse (MBD). Comme il n'est pas possible de relever toute la diversité, le MBD a recours à 33 indicateurs. Leur contenu correspond à des aspects importants et bien mesurables de la biodiversité. A l'instar du Dow-Jones qui reflète les tendances économiques, les indicateurs du MBD traduisent la manière dont la diversité biologique se développe.

Pour l'évaluation de la plupart des indicateurs, le MBD a recours à des banques de données existantes. Le programme relève lui-même la diversité biologique de groupes d'animaux et de plantes choisis: plantes vasculaires, bryophytes, oiseaux nicheurs, papillons diurnes et escargots. De plus, le MBD a mis en place deux réseaux d'échantillonnage couvrant l'ensemble de la Suisse. Des biologistes répertorient tous les cinq ans les diverses espèces animales et végétales qui vivent sur plus de 2000 surfaces représentant le paysage suisse "normal".

La Suisse est un des seuls Etats à avoir développé un programme de suivi de la biodiversité qui permet de recueillir des informations sur l'ensemble du territoire. Le MBD complète d'autres recensements de la flore et de la faune tels que les listes rouges. Les évaluations contribuent à la reconnaissance des tendances à plus long terme, à la définition de nouveaux objectifs dans le domaine de la protection de la nature et du paysage et à l'appréciation fondée du développement de la biodiversité.

www.biodiversitymonitoring.ch

Liens externes

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net